Plateaux N°212

-A A +A
Trimestre: 
Janvier / Février / Mars 2013

Edito

Le gouvernement dit tenir fermement la barre et garder le cap pour réunir d’ici la fin de l’année les conditions favorables pour remettre le paquebot « France » sur des flots plus cléments. En attendant de découvrir ce nouvel horizon, ce serait plutôt un cap sans boussole qui semble caractériser ce gouvernement, où les imprécisions et les revirements permanents prennent le pas sur les engagements annoncés !

Pour nos professions les incertitudes et les inquiétudes sont nombreuses, que ce soit dans la production cinématographique où l’extension de la convention collective promise n’arrête pas d’être repoussée alors que les ministères de la culture et de l’emploi s’accordent à reconnaître publiquement que c’est bien l’accord de janvier 2012 qui fait référence ; de même pour la mise en application à l’ensemble des entreprises de ce secteur de la convention du spectacle vivant privé signée en février 2012 et toujours en attente d’être étendue ; de même dans le doublage, le protocole complémentaire à la convention DAD-R signé en octobre 2011 est toujours en souffrance au ministère de la culture. Ces exemples sont symptomatiques des reculs et autres tergiversations qui semblent constituer la marque des pouvoirs publics du moment, à vouloir naviguer au gré des flots, alors que l’extension de ces accords pourrait traduire l’expression d’un choix affirmé en faveur de l’amélioration des conditions de travail et de rémunération des salariés…

Incertitude encore sur le contenu de la prochaine loi d’orientation (sans son pendant nécessaire de programmation comme l’aurait souhaité le SFA) portant sur la création artistique. Imprécision paraissant être le mot d’ordre, de « loi d’orientation pour le spectacle vivant » dans la bouche de François Hollande, elle devient « loi d’orientation relative à la création artistique dans le spectacle vivant et les arts plastiques » ! Le projet de loi devrait être déposé selon toute vraisemblance avant l’été sur le bureau de l’Assemblée nationale pour être débattu par les parlementaires à la rentrée. Les syndicats de la fédération du spectacle concernés par le spectacle vivant, dont le SFA, ainsi que nos camarades plasticiens, ont travaillé sur un texte commun porteur de nos revendications. De premiers écrits officieux qui circulent émanant du ministère nous laissent entrevoir de sérieuses régressions et pour les artistes, la règle du CDD pourrait devenir la règle exclusive, même pour les artistes actuellement en CDI, garantissant la disparition de celui-ci : nous sommes bien entrés dans l’ère de la flexibilité généralisée mais sans la sécurité de l’emploi : c’est bien l’esprit de l’accord national interprofessionnel (ANI) qui, malgré les manifestants massés devant la porte, a déjà été approuvé par l’Assemblée nationale… Y aurait-il malgré tout une boussole, mais orientée résolument vers le libéralisme ?

Nous devons remettre du vent dans les voiles, avancer ensemble contre le vent et garder notre cap !

La Délégation générale

 

Sommaire